Skip to content
July 23, 2013 / Anne-Marie et Genevieve

Colorants alimentaires : malheureusement les États-Unis et le Canada n’ont pas bougé.

colorant rouge

Voici un article paru juste avant les consultations de la FDA américaine sur les effets des colorants alimentaires et leur lien possible avec l’hyperactivité. On peut y voir que le lobby puissant des compagnies alimentaires a du s’opérer, puisque rien n’a changé : les colorants chimiques sont toujours disponibles aux États-Unis et au Canada.

Puisque nous aimons partager avec vous les informations pertinentes à ce sujet, voici ce que mentionnait cet article :

Après avoir farouchement défendu la sécurité des colorants alimentaires artificiels, le gouvernement américain réévalue pour la première fois publiquement les aliments qui en contiennent comme du Jell-O, céréales Lucky Charms et les limonades Minute Maid; et propose qu’ils devraient porter des avertissements mentionnant que les colorants artificiels peuvent aggraver les problèmes de comportementaux tel l’hyperactivité chez certains enfants.

Le gouvernement américain réprime, depuis plus d’un siècle, les colorants alimentaires artificiels, en partie parce que dans les débuts ces colorants n’étaient pas seulement toxiques, mais avaient aussi été utilisé à plusieurs reprises pour masquer la saleté ou carrément la pourriture.  A l’heure actuelle, les colorants alimentaires sont ajoutés simplement pour leur couleur dans un but ludique pour les consommateurs qui sont très souvent des enfants.  Ils ne servent aucun objectif de santé.

En 1950, de nombreux enfants étaient tombés malades après avoir consommé des bonbons Halloween contenant le colorant Orange n° 1, et la FDA l’a interdit, car des tests rigoureux avaient montré qu’il était toxique. En 1976, l’agence interdit le colorant Rouge n° 2 parce qu’il était soupçonné d’être cancérigène. Il a ensuite été remplacé par le Rouge n° 40, ce qui n’est pas mieux car il comme favorisant l’apparition de tumeurs du système immunitaire chez la souris, tout en déclenchant l’hyperactivité chez les enfants (1).

Beaucoup de colorants artificiels encore utilisés aujourd’hui ont été approuvés par la FDA en 1931, comme par exemple le Blue n°1, le Jaune n°5 et le Rouge n°3. Les colorants artificiels ont été développés – comme l’aspirine l’a été – à partir du goudron de la houille, mais sont maintenant synthétisés à partir de produits pétroliers.

Dans les années 1970, le Dr Benjamin Feingold, un pédiatre allergologue de la Californie a traité avec succès les symptômes de l’hyperactivité chez certains enfants en prescrivant un régime qui, entre autres, était dépourvu de colorants artificiels.  En 2007, une étude publiée dans la célèbre revue Lancet, avait constaté que les colorants artificiels pouvaient conduire à des changements comportementaux, même chez des enfants typiques. Cela infirmait une méta-analyse en double-aveugle, contrôlée versus placebo menée, en 2004,  par David W. Schab, professeur adjoint de clinique de psychiatrie à l’Université de Columbia, qui avait déjà montré que les colorants alimentaires artificiels peuvent conduire à “une toxicité neurologique“.

Il est important de remarquer que les rendements des synthèses chimiques des colorants alimentaires, sont en générale faible; ce qui signifie qu’ils sont synthétisés avec d’autres molécules non désirables, très souvent toxiques et difficiles à éliminer.  C’est notamment le cas de la benzidine présente dans les colorants Jaune n°5 et Jaune n°6.  Pour cette raison, la FDA tolère la présence de ce contaminant jusqu’à 1 ppb (parties par milliard).  Il faut savoir cependant que la benzidine est hautement cancérigène (voir son profil toxicologique, 242 pages), et que plusieurs chercheurs ont observés que ces colorants Jaunes vendus dans les supermarchés peuvent contenir de 7 à 104 ppb et parfois même 941 ppb de benzidine. Cela semble de faibles quantités, sauf que ces contaminants se retrouvent dans beaucoup d’aliments et qu’ils sont fréquemment consommés.  À la longue ces « faibles quantités » deviennent non négligeables et très dangereuses.  En effet, 31 mars 2011, l’Institut National du Cancer (NIH), publiait un rapport qui a montrait une augmentation de 9,4% des cancers infantiles entre 1992 et 2007; ce qui n’est pas très réjouissant pour parents.

Il faut aussi souligner que la recherche n’a pratiquement aucune idée sur les risques relatifs de chacun des différents colorants pris individuellement et qui pourrait faire l’objet de mesures réglementaires comme, par exemple, le Vert n°3 ou le Jaune n°6.

Les scientifiques de la FDA pensent que les problèmes associés aux colorants artificiels pourraient s’apparenter à une allergie à l’arachide, ou à une intolérance à ces substances et non pas à des propriétés neurotoxiques inhérentes aux colorants eux-mêmes. Comme pour les arachides et autres aliments qui peuvent provoquer des réactions alimentaires adverses, la FDA exige maintenant des fabricants la divulgation de la présence de colorants artificiels sur leurs étiquettes.

Remarquons que les produits bios peuvent également contenir des colorants artificiels comme par exemple fromage cheddar blanc biologique.

Les recherches sur les comportements pédiatriques en relation avec les additifs alimentaires peuvent être difficiles et coûteuses à mener, car ils impliquent souvent des évaluations régulières et subjectives des enfants par les parents et les enseignants qui doivent être maintenus dans l’ignorance concernant les spécificités de l’étude. Et puisqu’il ya longtemps que les brevets sur les teintures ont expiré, les fabricants sont peu enclins à financer la recherche.

Les aliments populaires qui contiennent des colorants artificiels inclus les collations Cheetos, céréales Froot Loops, Pop-Tarts et Twinkies hôtesse, selon une liste exhaustive dans la requête du groupe de défense des consommateurs. Certaines chaînes d’épicerie, comme Whole Foods Market et Trader Joe’s, refusent de vendre des aliments contenant des colorants artificiels.  Il en est de même pour les filiales britannique de Wal-Mart, Kraft, Coca-Cola et de Mars qui ont éliminé les colorants artificiels, le benzoate de sodium et l’aspartame de leurs lignes de produits à la suite de la demande des consommateurs et des recommandations du gouvernement.

Voici les colorants alimentaires que la FDA veut interdire à la demande du Center for Science in the Public Interest (CSPI).

Exemples d’aliments

Colorants

Non commun

Trouvés dans

Bonbons Twizzlers

Rouge n° 40

Rouge allura

Le colorant alimentaire le plus largement utilisé en termes de kg consommés. Présent dans les céréales, la gélatine, les bonbons et les produits de boulangerie.

Mountain Dew

Jaune n5

Tartrazine

Le deuxième colorant alimentaire plus largement utilisé, selon CSPI. Présent dans les boissons gazeuses, le pudding, les frites, les pickles, le miel, la moutarde, la gomme, les produits de boulangerie, de la gélatine et plusieurs autres aliments.

Reese’s Pieces

Jaune n ° 6

Jaune soleil

Le troisième colorant alimentaire le plus utilisée. Présent dans les céréales, les sodas à l’orange et les autres boissons, les mélanges à chocolat chaud, les pâtisseries et de nombreux autres aliments.

Cerises au marasquin

Rouge n ° 3

Érythrosine B

Les candies, les sucettes glacées, les cerises au marasquin, les décorations de gâteaux et autres pâtisseries.

M & Mme Blue

Blue n ° 1

Brillant Blue

Les crèmes glacées, les petits pois en conserve, les bonbons, boissons, desserts en poudre et les rince-bouche

M & M (plus foncé en bleu)

Bleu n º 2

Indigotine, indigo carmin

Largement utilisé pour les boissons de couleur, les bonbons et autres aliments

Barbe à papa

Vert n ° 3

Fast Green FCF

L’un des colorants alimentaires les moins utilisés, selon le CSPI. Présent dans les pois en conserve, les légumes, les poissons, les desserts, les barbes à papa et d’autres bonbons.

Les saucisses

Orange B

Les hot dog et saucisses. Selon CSPI, les lots d’Orange B n’ont pas été homologués pour une utilisation depuis une décennie.

Il reste que la meilleure façon d’obtenir de la couleur dans notre alimentation est de choisir des aliments naturellement colorés que sont les fruits et les légumes.  Contrairement aux colorants industrielles, les pigments de ces aliments possèdent de multiples propriétés bénéfiques pour la santé.  Ils sont des antioxydants, des anti-parasitaires, des anti-bactériens, des anti-viraux et préviennent de plusieurs cancers.

(1) Rapport du CSPI : “Food Dyes: A Rainbow of Risks” juin 2010

(2) Schab, David W et al., Do Artificial Food Colors Promote Hyperactivity in Children with Hyperactive Syndromes? A Meta-Analysis of Double-Blind Placebo-Controlled Trials. Journal of Developmental & Behavioral

Source: http://adn109.over-blog.com/article-hyperactivite-et-deficit-d-attention-en-lien-avec-les-colorants-alimentaires-71723730.html

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: