Skip to content
December 13, 2012 / Anne-Marie et Genevieve

Témoignage touchant d’une maman dont les enfants souffraient d’autisme

Voici un témoignage que nous trouvons plus qu’intéressant de partager avec vous nos lecteurs. Bravo à cette maman pour avoir choisi l’alternative qui fut LA différence pour ses enfants 🙂

http://jacquelinelagace.net/2012/12/12/temoignage-detaille-de-la-maman-de-deux-jeunes-qui-souffraient-dautisme/

Je suis la maman des deux jeunes garçons dont Mme Lagacé fait mention dans son blogue. C’est moi qui me suis levée à la fin de sa conférence pour prendre la parole. C’était la première fois que je me manifestais devant autant de gens, mais certainement pas la dernière. Parce qu’après avoir fait renaître mes deux fils, je suis maintenant prête à partager mon « secret » pour venir en aide à toutes les familles désireuses de mener le même combat que moi.

Il y a un an très exactement, après avoir effectué une recherche approfondie sur Internet, j’ai amorcé un grand combat pour mes enfants de 12 mois et demi et 3 ans. Le plus vieux avait reçu deux mois plus tôt un diagnostic de trouble du spectre de l’autisme avec anxiété, alors que le cadet présentait tous les signes sans toutefois avoir reçu son diagnostic officiel. Suite à mes recherches, j’ai complètement modifié notre alimentation. J’y ai retiré le gluten, la caséine et le soya. Et ce qui s’est passé ensuite relève presque du miracle.

En seulement trois jours, mon plus jeune garçon s’est mis à sourire, alors qu’il ne l’avait pas fait depuis l’âge de 6 mois (moment où il avait reçu un vaccin et où j’avais introduit la nourriture), et son contact visuel est revenu. Cinq jours plus tard, après avoir été constipé pendant 60 jours, il a définitivement cessé de l’être. Une autre journée a passé et il babillait. Encore deux autres semaines se sont écoulées et son développement moteur est passé de sévère à « dans la moyenne »; il ne restait plus simplement en position assise, mais subitement, il s’était mis à ramper, à marcher à quatre pattes, à se lever en prenant appui sur les meubles et à marcher latéralement, avec appui encore une fois. La physiothérapeute qui le suivait, complètement renversée par notre histoire, a mis fin du jour au lendemain aux thérapies qui duraient depuis des mois. Mon fils s’est mis à pointer les parties de son corps, à attirer l’attention, à manifester ses besoins et ses émotions. Il est devenu présent, affectueux, drôle. Le flapping qui le caractérisait a diminué au fil des semaines jusqu’à disparaître complètement, après quatre mois de régime.

Quant à mon aîné qui ne parlait toujours pas à presque trois ans et demi, sa langue s’est déliée quelques semaines à peine après le changement d’alimentation. Un jour, au retour de la garderie, il s’est mis à me raconter sa journée dans les moindres détails, alors qu’avant, on avait de la difficulté à obtenir un seul mot de sa part. La même semaine, j’ai eu droit à un « je t’aime maman » bien senti, le premier et le plus beau! Une foule d’autres progrès – jamais subtils, toujours spectaculaires – se sont produits : mon fils a commencé à s’habiller seul, il est devenu propre du jour au lendemain, il a cessé ses stéréotypies, a perdu ses rigidités et recherchait constamment le contact d’autrui et les échanges sociaux alors qu’auparavant il les fuyait. Rapidement, toutes les thérapies (physiothérapie, orthophonie, ergothérapie) ont pris fin. Au terme de cette année de complète métamorphose, mon fils, qui aurait théoriquement dû recevoir des services de réadaptation avec une éducatrice spécialisée, a passé des « tests » qui démontraient qu’il se situait maintenant dans la moyenne de son groupe d’âge, et ce, dans chacune des sphères de son développement. Son dossier a donc été fermé et ceci nous confirmait que nous n’étions pas fous, que des gens totalement objectifs constataient eux aussi la métamorphose.

Le régime a fait des miracles, rien de moins. Mais je dois préciser une chose : quelques semaines après avoir adopté le régime et avoir constaté ses énormes bienfaits, nous avons adhéré, sous la supervision d’une naturopathe extraordinaire, à une approche biomédicale qui prônait, en plus du retrait de la caséine, du gluten et du soya, le retrait des intolérances alimentaires, la supplémentation en vue de pallier aux carences, le traitement du candida albicans dans les intestins et, enfin, la chélation des métaux lourds (les autistes sont incapables de les éliminer naturellement de leur corps). Afin de les traiter de façon ciblée, nos enfants ont passé quatre tests, dont un test de sang qui démontrait à quel point leur système gastro-intestinal était enflammé et poreux et qu’il laissait passer des macromolécules qui se promenaient librement dans leur sang et qui agissaient négativement sur leur cerveau. Ainsi, nous avons pu constater « scientifiquement » que même si nos enfants étaient jeunes, le gluten et la caséine avaient un impact dévastateur sur leur système fragilisé. Ceci me confirmait également tout ce que mes recherches m’avaient enseigné : l’autisme n’est pas un syndrome psychologique, mais bien gastroentérologique. Oui, oui, vous avez bien lu, l’autisme n’est pas entre les deux oreilles, mais dans le ventre!

Aujourd’hui, maintenant que nous avons fait tout ce que prônait l’approche biomédicale, il ne nous reste plus qu’à suivre le régime. Car mes enfants ne sont pas « guéris ». Si je leur donne du gluten ou de la caséine, ils retomberont. Ceci ne fait aucun doute.

Ce témoignage n’est qu’un bref résumé de notre expérience. Je travaille présentement très fort à la rédaction d’un livre, parce que je tiens à partager cette histoire avec le plus de gens possible. J’ai ramené deux enfants – mes enfants – à la vie, maintenant ma mission consiste à aider ceux qui seront tentés de suivre ma trace.

Je termine avec une statistique qui n’a rien de réjouissant : l’incidence de l’autisme a augmenté de 600 % dans les pays industrialisés au cours des 20 dernières années (David Suzuki, The Nature of Things). Faut-il simplement être horrifié par cette statistique? Non. Il faut faire quelque chose avant qu’il ne soit trop tard. Et vite.

Advertisements

2 Comments

Leave a Comment
  1. Nathalie Rondeau / Dec 13 2012 12:29

    Salut,

    J ‘arrive de l’épicerie et j’ai acheter du lait d’amande , je vais l’essayer je n’est rien à perdre et peut être tout à gagner ?
    Prend 2 minutes pour lire ce qui suit, c’est intéressant.
    A+

  2. emassicotte / Dec 15 2012 12:29

    Reblogged this on La vie d'Émilie and commented:
    Wow! Incroyable! Quand tu pense que tu manges et finalement tu t’empoisonnes!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: